jeudelangage.eu
langage modélisation interaction (clinique) dont la visée est la pertinence avec l'interlocuteur notamment, la caractérisation de l'objet de la transaction pour lui, en particulier les conditions de (non) possibilité de cet objet.
Exploiter/exploitation?
Catégories: jeu de langage 3

 

 

 

(200512)- mener un entretien (clinique) dont l’objet est les conditions de (non) possibilité du problème posé au/par le locuteur ne consiste-t-il pas essentiellement à effectuer des exploitations?

La philosophie analytique, la philosophie érotématique, la philosophie théorétiques ne seraient-elles pas les premières à être exploitées?

Dans cette exploitation,  le concept de langage ne suivrait-il pas ces acceptions notamment: le langage comme calcul, le langage en tant que  jeu de langage, une approche problématologique du langage ? Dans ce genre d’entretien, le langage ne constituerait-il donc point et le matériau et l’outil? Un certain nombre de de conséquences ne devrait-il pas alors en découler?

Un entretien (clinique) ayant pour objet le problème posé et ses conditions de (non)possibilité ne serait-il pas ainsi sous- tendu par ce genre de démarche : si le dire et le dit de l’interlocuteur constituent du langage, un jeu de langage, un problème  ne serait-il pas alors énoncé, accompagné de ses conditions de possibilité et de non possibilité?

Des opérations ne seraient-elles pas alors menées visant à dégager le problème posé aux interlocuteurs avec ses conditions de (non)possibilité? A cette fin ne faudrait-il pas et ne suffirait-il pas de restituer les éléments discursifs de l’interlocuteur à l’ensemble auquel ils reviendraient par construction?

Cette restitution ne permettrait-elle pas de répondre à ces questions catégorielles: quand, où, qui, quoi, comment? Ainsi les conditions d’espace et de temps dans lesquelles les énoncés en question s’appliqueraient ne se feraient-elles pas voir? Ainsi  le problème posé par/au locuteur accompagné de ses conditions de (non)possibilité ne se montrerait-il pas?

Dès lors les conditions à satisfaire telles que l’énoncé du problème posé ne serait pas le cas ne constitueraient-elles pas des problèmes à traiter afin que le problème posé ne se pose plus ( la solution du problème posé ) ?

La convention T, une acception du concept de vérité ne serait-elle donc pas ainsi largement exploitée dans ce genre d’entretien considéré comme de la science appliquée ?

La méthode expérimentale avec l’abduction en particulier ne serait-elle pas constamment mise en œuvre dans un entretien (clinique) dont l’objet est la circonscription du problème posé ? Ne serait-ce donc point par hypothèse et réfutation que le jeu de langage ainsi instauré progresserait vers la résolution du problème posé avec l’énonciation des conditions pour lesquelles il ne se poserait plus au locuteur ?

 

 

***

 

Laisser une réaction

Vous devez être connecté pour écrire un commentaire.