jeudelangage.eu
langage modélisation interaction (clinique) dont la visée est la pertinence avec l'interlocuteur notamment, la caractérisation de l'objet de la transaction pour lui, en particulier les conditions de (non) possibilité de cet objet.
Parler?
Catégories: jeu de langage 3

 

 

 

(150512)- Ce que veut dire parler?

Je parle, tu parles, elle ou il parle, nous parlons, vous parlez, ils ou elles parlent… Physiologiquement parlant ne s’agit-il pas de vibrations des cordes vocales ? Grammaticalement parlant n’est-il pas question d’orthographe ? Et linguistiquement parlant  etc…?

En quoi le fait de « parler de b à c pour d », le fait de jouer à ce jeu de langage là et non pas jouer à cet autre jeu de langage justement importe-t-il dans un entretien (clinique) dont l’objet est les conditions de (non)possibilité du problème posé par/au locuteur ?

« Parler de b à c pour d »ne consisterait-il pas à faire usage de langage? Des signes seraient-ils alors employés dans des conditions définies: un jeu de langage? Ce dernier ne constituerait-il pas un ensemble avec ses conditions de (non) possibilité, notamment celles de ses constituants ?

Je parle de ma belle-mère à ma femme pour dire que je n’ai pas envie de passer toutes nos vacances à Ploërmel, tu parles de ma belle-mère à ma femme pour dire que  je n’ai pas envie de passer toutes nos vacances à Ploërmel, il ou elle parle de ma belle mère….

 

 

***

 

 

 

« Pour moi, les gens parlent trop. Ils ont des soucis, des buts, des désirs, que je ne puis concevoir comme eux »[1]. Dans un entretien (clinique) dont l’objet est les conditions de (non) possibilité du problème posé par/au locuteur, ne serait-il pas possible de dépasser le hiatus entre « les gens » avec leur scarabée dans sa boîte et « moi » avec mon scarabée[2] dans sa boîte ?  Ne serait-il pas possible de s’assurer qu’il n’y aurait pas de confusion entre les « soucis », les « buts », les « désirs » de l’interlocuteur et les miens, leur problème et le mien? Tout ceci ne serait-il donc pas impératif?

Pour cela ne faudrait-il pas et ne suffirait-il pas de restituer les dires et les dits de l’interlocuteur à l’ensemble auquel ils reviendraient par construction: contextualiser ? Ainsi les conditions pour lesquelles ces dires et ces dits s’appliqueraient ou non, leurs conditions de (non)possibilité pour l’interlocuteur et non point les miennes ne se montreraient-elles pas? Ainsi le dépassement ne serait-il pas réalisé? Ainsi les confusions ne seraient-elles pas évitées?

 


[2] Ludwig WITTGENSTEIN Tractatus logico-philosophicus Investigations philosophiques Tel Gallimard 1961 p 223 §293

 

Catégories: jeu de langage 3 -

Laisser une réaction

Vous devez être connecté pour écrire un commentaire.